Blog du Théâtre du Cloître de Bellac (87)

Communauté de Communes du Haut-Limousin en Marche Scène conventionnée Festival National de Bellac

image header blog image header blog
image Option théâtre du lycée Jean Giraudoux

Publication : 05/10/2017

Option théâtre lycée Jean Giraudoux

image option théâtre : au galop

Publication : 28/11/2017

option théâtre : au galop

Lors de la séance du jeudi 16 Novembre 2017, nous avons été au Théâtre du Cloître à Bellac.

   

Tout d’abord nous avons discuté de la pièce de théâtre que nous sommes allés voir le samedi 11 novembre 2017, qui était Plaire de Jérôme Rouger. Nous avons échangé sur ce que nous avons ou non compris, ce que nous avons ou non aimé. Cela nous a permis de nous remémorer la pièce, mais aussi d’éclairer certains points que nous n’avions pas saisis.

    Ensuite, nous avons réalisé un exercice ayant pour but de nous concentrer et de nous « calmer », consistant à créer un cercle en restant debout et à nous regarder les uns et les autres, en restant dépourvus de la moindre expression.  Après, nous avons fait les gestes du cheval, comme nous le montrait notre intervenant, Thomas Gornet, et nous sautions sur le sol en imitant le son du galop de cheval, en nous tapant sur les cuisses. Nous avons, par la suite, sauté en levant nos deux jambes alternativement tout en secouant nos bras en l’air. Entre ces deux enchaînements, nous nous laissions tomber assez brutalement sur le sol pour nous reposer un peu (je précise « assez brutalement », car je me suis fais mal à chaque fois). Ces suites de mouvements avaient pour but de nous échauffer, mais j’ai surtout trouvé cela plutôt fatiguant.

 L’échauffement terminé, nous avons marché dans un certain périmètre en occupant l’espace intégral. Notre intervenant disait, par exemple, « six » et nous devions nous mettre six d’un côté et le restant du groupe d’un autre, mais nous devions nous placer sans communiquer ni oralement ni par la gestuelle. Après cela, nous avons continué de marcher en silence et nous avons eu, chacun, soit le numéro un soit le deux d’attribué et des consignes étaient données à chacun de ces numéros. Par exemple, au début, les deux numéros devaient suivre discrètement une personne, puis le numéro un devait éviter une personne, car il ne l’aimait pas du tout et le numéro deux, lui, devait se rapprocher le plus possible de la personne qu’il aimait. Ces exercices avaient pour but de développer notre esprit de groupe, et d’en former un. Personnellement, j’ai trouvé que c’était une bonne chose de travailler sur la formation de notre groupe.

Enfin, nous avons réalisé un exercice différent des précédents dans lequel notre intervenant, Thomas Gornet, nous lisait un texte, de deux lignes en deux lignes, sur lequel nous devions faire des gestes individuels, sans réfléchir, mais racontant une histoire. Une fois que nous avons eu terminé le texte, M. Gornet nous l’a diffusé en audio, et il s’avéra être une musique, sur laquelle nous avons refait les gestes que nous avions inventés, ce qui a créé une sorte de clip. J’ai apprécié cet exercice qui avait comme objectif de nous entraîner à raconter une histoire juste avec notre corps.

image option théâtre : transmission

Publication : 21/11/2017

option théâtre : transmission

Séance du jeudi 16 novembre 2017

 […] Nous n'étudions pas encore notre texte de jeu, pour le spectacle de fin d'année mais nous nous y préparons en travaillant plusieurs jeux de rôles, plusieurs activités pour nous apprendre à être plus en confiance, à être moins timides les uns avec les autres et à créer du lien entre nous. 

 

Nous avons commencé par une activité, où nous nous sommes mis en cercle, et nous devions aller à la rencontre de la personne en face de nous, tout en la regardant droit dans les yeux pour ensuite contourner cette personne et enfin revenir à sa place en marche arrière sans jamais la quitter des yeux. Ensuite, nous avons dû le faire avec différentes variantes : démarrer l'exercice plus rapidement mais en ralentissant en milieu de scène, au moment de la rencontre ; en touchant la personne ; en la retenant... Cette activité nous a permis de rester concentrés, tout en prenant conscience de la personne en face pour ne pas la perdre des yeux. Ainsi ont été créés, rien qu'avec des regards, des moments  intenses entre les deux personnes qui devaient passer au centre. 

 

Ensuite, le second exercice consistait à s'asseoir sur une lignée de chaises, par moitié de groupe, et se passer une émotion, ici la joie. Les personnes aux extrémités devaient intensifier l'expression tandis qu'entre les deux nous devions tout simplement transmettre l'émotion, traduite sur notre visage, de voisin à voisin.

 

 

La difficulté de cet exercice - et son but -, était de rester concentré, tout en transmettant une émotion, une expression aux personnes autour de nous. On pouvait donc travailler nos expressions car, au théâtre, l'expression des sentiments est quelque chose de très important : c'est grâce à elles que nous pouvons nous rendre compte de la situation, des sentiments du personnage sur scène. 

 

Pour finir, le dernier exercice consistait, à aller en face des personnes du groupe assis sur une chaise, choisir un papier dans des catégories différentes telles que : "Je dois"; "J'accuse"; "Il faut". Après avoir choisi un papier dans une des catégories, la personne devait débattre et argumenter sur son sujet sans jamais s'arrêter de parler.  Et, en plus, il fallait convaincre notre public malgré l'absurdité des énoncés ! Le but était de nous faire argumenter sur un sujet, sans jamais s'arrêter de parler pour convaincre les autres de ce que l'on dit, car, dans une pièce, le personnage doit convaincre de ce qu'il dit, même si cela n'a aucun sens, pour lui ça en a un et tout le monde doit partager sa conviction.​ C'était donc un travail très intéressant de persuasion. 

 

 

J'ai trouvé ces trois exercices hyper intéressants car ils n'avaient jamais été abordés de cette manière-là, et je les ai trouvés amusants à réaliser. On pouvait se rendre compte de la difficulté de garder sa concentration mais que l'esprit de groupe est très présent. Tout le groupe se prête au jeu, et on peut voir aussi grâce aux autres personnes à quel point le regard, les expressions, et la persuasion ont de l'importance. Et je pense que, avant de travailler un texte, c'est important de bien comprendre et apprendre à réaliser ceci. Ainsi, lorsque nous aurons notre texte sous les yeux nous pourrons réinvestir ces exercices appris. Le fait de travailler dans le théâtre du cloitre pour ces exercices était super important, car lors du deuxième exercice cela nous permettait de "poser" notre regard, et ensuite de prendre tout l'espace comme dans le premier exercice. Camille T.

image Option théâtre : Un auteur en commun

Publication : 14/11/2017

Option théâtre : un auteur en commun

Le Théâtre du Cloître, recevant la compagnie Studio Monstre en résidence pour sa prochaine création Love and Money, de Dennis Kelly, a invité les terminales de l'option théâtre, qui travaillent également une texte de Dennis Kelly, a assité à une répétition. Retour des élèves :

[...] Love and money est une pièce contemporaine qui parle d'un couple, Jess et David, qui sombre dans les dettes à cause des factures et des dépenses excessives de Jess. Jess va se suicider mais David reconnaît ne pas avoir appelé une ambulance et finit même par avouer qu’il lui fait boire de l'alcool afin d'accélérer sa mort. L’histoire est un véritable puzzle qui commence par la fin. La mise de la pièce est ingénieuse, le spectateur doit reconstruire l'histoire afin de comprendre l’origine du suicide. Le décor imaginé par la scénographe Amandine Livet, représente un salon muni d’un fond blanc, d’un grand tapis beige au sol, d’un canapé gris et d’une table basse. Mathilde Souchaud a décidé de répéter devant nous une scène chorale qui se situe au milieu de la pièce. Les comédiens : Mathilde Martinage (Jess), Théophile Sclavis (David), Yoann Gasiorowki (Paul), Simon Pineau (un ami) étaient sur scène. Cette pièce entraîne une réflexion du public sur la société actuelle et la marchandisation. Cette répétition a bien illustré le travail pénible mais indispensable des comédiens qui doivent recommencer plusieurs fois le même passage afin d’améliorer la scène. Mathilde Souchaud semble être une metteuse en scène stricte. Malgré ce côté rigoureux, la répétition était drôle et touchante car elle fait réfléchir sur le monde dans lequel nous vivons.

image Option théâtre : la rentrée

Publication : 24/10/2017

Option théâtre la rentrée

Option théâtre : c'est le rentrée !

Les élèves de l'option théâtre ont repris le chemin des cours en faisant d'abord connaissance avec leurs nouveaux intervenants, Thomas Gornet et Julien Bonnet de la compagnie du Dagor.

lire la suite